Semaine 12

Bonjour,

Comme chaque semaine, voici ma sélection subjective en dix photos de livres reçus récemment.
J’en ajoute une onzième pour vous signaler que les dernières nouveautés des éditions La Crypte, que vous aviez pu rencontrer lors de « Poésie dans les chais 2019 », sont désormais bien en place rue de la Cathédrale.

Comme évoqué la semaine dernière et après que cette nouveauté soit enfin arrivée jusqu’à Oloron (vive les joies de la logistique de la « chaîne du livre »), je vous invite vivement  à lire « Indésirable » le huitième roman de Erwan Larher qui vient de paraître aux éditions Quidam.

Certain.e.s  d’entre vous ont rencontré Erwan Larher en décembre 2017 à la librairie quand il est venu nous parler de son sixième roman « Le livre que je ne voulais pas écrire ».
Depuis, je crois que j’ai tout lu d’Erwan, même son amour pour Robert Smith.
Dans son œuvre, je mets à part « Le livre que je ne voulais pas écrire », qui fait partie des livres qui m’ont le plus bousculé depuis que je suis libraire (c’est Le livre de 2017 à L’Escapade).
Sur les six autres romans parus,  « l’abandon du mâle en milieu hostile » était mon préféré. Mais il est possible que « Indésirable » lui dispute la place.

Dans ce roman, Erwan questionne encore et toujours notre époque, et sculpte une langue. Il interroge le genre. Notre société change, bouge, évolue, il faut bien que ça se traduise dans la langue et son écriture.

Dans cette satire, il est question de différence, de « vivre-ensemble », de néo-ruraux, de désertification, de traditions. Erwan dézingue certains conservatismes de manière joyeuse. Il s’attache également à défendre une démocratie plus horizontale, une certaine idée de la culture et du patrimoine en milieu rural.
Pour celles et ceux qui suivent Erwan, vous imaginerez vite que « la maison du Disparu » est en fait le « Logis du musicien ». Des infos sur ce projet de résidence d’écrivains sont ici, et pour faire un don, c’est là !

Si comme moi, vous aimez la « politique rurale », les vieilles pierres et apprendre de nouveaux mots, vous ne serez pas déçu.e.s ! J’ai hâte de connaître la suite des aventures de Sam.

La quatrième de couverture
« Quand Sam Zabriski s’installe à Saint-Airy, dans la maison dite « du Disparu », le destin de ce village rural au riche passé historique bascule.
Ici, on se méfie des étrangers. Ici, on décatit entre soi. Ici, on a des certitudes, dont celle-ci que l’humanité se compose exclusivement d’hommes et de femmes. Or impossible de deviner à quel genre appartient Sam, par ailleurs énigmatique quant à son passé. L’incertitude et l’inconnu dérangent, les passions s’exaltent, les tensions s’aiguisent.
Après quelques escarmouches, la guerre est bientôt déclarée.
Personne n’en sortira indemne.
Roman noir, roman politique, étude de mœurs, Indésirable déroule cinq années de la vie d’un microcosme perturbé par l’arrivée d’un corps étranger. Et forge une langue pour exprimer le dissemblable
« .

En vous souhaitant de profiter de cette belle semaine printanière qui s’annonce.

Cédric

Cet article a été publié dans sélection hebdomadaire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s