Semaine 18 : le temps de vivre

Bonjour à toutes et tous,

une courte lettre hebdo cette semaine pour vous rappeler que la librairie sera fermée ce jeudi férié 13 mai * et pour vous inviter à lire un roman qui m’a emballé : « paresse pour tous » d’Hadrien Klent qui vient de paraître aux éditions Le Tripode.

Dans ce roman érudit et joyeux, Klent imagine la campagne pour l’élection présidentielle française de 2022 à travers le programme du candidat Émilien Long ; programme qui va s’articuler autour d’une idée oubliée ces dernières années : la réduction drastique du temps de travail.
Redonner du temps aux gens pour vivre et alléger ainsi bien des maux de notre société mortifère.
Hadrien Klent et Émilien Long réussissent le temps d’un roman à réenchanter la Politique, à nous donner envie de croire à un autre imaginaire politique, à un horizon qui redonne du sens à nos vies, sur le plan individuel et sur le plan collectif.
C’est intelligent et malin, ça interroge nos choix de vie, et ça donne envie que pour 2022, une candidate ou un candidat reprenne le programme d’Émilien Long : nul doute qu’elle ou qu’il rassemblerait un nombre significatif de suffrages.
Serait-ce suffisant pour gagner l’élection ? Il faut lire « Paresse pour tous » pour le savoir. Je vous le conseille vivement … et sourire en lisant, ça n’est pas si fréquent.

Présentation de l’éditeur :
Et si on ne travaillait plus que trois heures par jour??
Telle est la proposition iconoclaste d’Émilien Long, prix Nobel d’économie français, dans son essai « Le Droit à la paresse au XXIème siècle ». Très vite le débat public s’enflamme autour de cette idée, portée par la renommée de l’auteur et la rigueur de ses analyses. Et si un autre monde était possible ? Débordé par le succès de son livre, poussé par ses amis, Émilien Long se jette à l’eau : il sera le candidat de la paresse à l’élection présidentielle. Entouré d’une équipe improbable, il va mener une campagne ne ressemblant à aucune autre. Avec un but simple : faire changer la société, sortir d’un productivisme morbide pour redécouvrir le bonheur de vivre.


« En 2008, on devait surmonter la crise des subprimes. Aujourd’hui, celle du coronavirus. ­Demain, ce sera quoi ? Le réchauffement climatique ? La conquête de Mars ?
À chaque fois, le libéralisme triomphant propose qu’on souffre encore plus ! Qu’on se sacrifie pour sauver un système qui est pourtant absurde. Qu’on nourrisse un monstre incontrôlable et incontrôlé. Moi je propose le contraire. Qu’on inverse la place du travail et du temps libre. Qu’on interroge notre place dans la marche du monde. Je suis la voix de ceux qui veulent que la vie ne se résume pas au travail, à la croissance, à la consommation » Émilien Long

Extraits :
« une société qui refuse le productivisme, qui refuse la destruction de la nature, qui refuse la fuite en avant. Une société où les gens peuvent respirer, dans tous les sens du terme : respirer un meilleur air, un air moins chaud, moins pollué, et respirer parce qu’ils ont du temps en dehors du travail, pour vivre.« 

« C’est le monde dans lequel on vit qui est incongru. C’est cette course à la réussite, à la richesse, à l’objet électronique avec trois yeux photographiques, à la puce qui sait tout de vos déplacements, au vain narcissisme des réseaux sociaux qui laissent chacun sur sa faim, car à dialoguer dans le vide on ne peut se nourrir. Le projet d’Émilien Long, c’est d’arrêter tout. Vous connaissez L’An 01 ? « On arrête tout, on réfléchit et c’est pas triste » . Il faut s’arrêter. Arrêtez-vous ! Écoutez ! « 

Belle semaine à toutes et tous

Cédric

* la librairie sera donc ouverte mardi, mercredi et vendredi, samedi

Cet article a été publié dans sélection hebdomadaire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s