Semaine 15 et confinement

Bonjour à toutes et tous,

j’espère que vous allez aussi bien que possible malgré les circonstances.

Demain soir (lundi 13 avril), de nouvelles annonces seront faites sur la poursuite du confinement : attendons nous à ce que ça dure plus longtemps qu’imaginé il y a encore quelques jours.
Je continue à garder le lien avec vous à travers cette lettre hebdomadaire et quelques brèves postées sur la page facebook de la librairie.
Si votre promenade autorisée vous mène dans le quartier de la cathédrale, vous verrez que je passe à la librairie une fois par semaine pour, notamment, changer les livres en vitrine et vous donner ainsi des idées pour l’après. N’hésitez pas à glisser un mot, une idée ou une note de lecture sous la porte ou dans la boîte aux lettres.
Je réfléchis à l’après, à comment faire vivre L’Escapade dans ces conditions, comment la faire redémarrer après ce coup d’arrêt incroyable.
Vous pouvez aider la librairie à franchir cette épreuve par différents moyens :
– vos messages de soutien qui me sont précieux ;
– vos commandes en cours à récupérer dès que possible (commandes que vous pouvez d’ores et déjà payées par chèque ou par virement) ;
– en achetant des bons d’achats pour l’après : vous m’envoyez un chèque ou faites un virement (demandez le RIB sur librairie.escapade@gmail.com), ces bons d’achats seront valables jusqu’au 31 mars 2021.
Ces commandes pré-payées et bons d’achats vont m’aider à payer mes frais fixes (loyer, téléphone, électricité, assurances, abonnements divers et variés ….). Si les aides de l’État seront les bienvenues, elles ne seront évidemment pas suffisantes pour passer le cap.
Mais surtout, comme je vous l’écris chaque semaine, j’aurai besoin de vous à la réouverture.
Plus globalement, vous connaissez mon attachement à l’économie locale et à notre territoire ; dans la mesure du possible, faites travailler les petits commerçants encore ouverts et les producteurs locaux : ce ne sont pas les géants du net qui font et feront vivre notre Haut-Béarn !

Cette semaine, après avoir rangé une partie de ma bibliothèque personnelle et continué à entretenir mon potager (c’est fou comme ce temps libéré nous permet de faire des choses qu’on reporte toujours à plus tard), deux belles lectures :

« Istanbul à jamais » de Samuel Aubin paru le 4 mars dernier chez Actes Sud.
à travers la vie de Simon, documentariste, de sa famille et de ses ami.e.s entre 2013 et 2016, on survole l’histoire d’Istanbul la cosmopolite et de la Turquie, de l’empire ottoman à la dérive autoritaire du pouvoir actuel, la place des « minorités » (arménienne et kurde, notamment), le brassage des religions, la montée du fondamentalisme islamique.
Sans connaître Istanbul, ce roman nous attache à ses personnages et à cette ville. Un bon moment de lecture.

« L’amour sans le faire » de Serge Joncour (2012, Flammarion, disponible en format poche chez J’ai lu).
L’histoire de Franck qui revient sur le ferme familiale dans le Lot après des années de silence. Les non-dits qui ressurgissent, les personnages écorchés, les cicatrices qui n’en finissent pas de cicatriser, la pauvreté rurale, la difficulté de vivre de son métier, … un éloge de l’instant présent aussi.
Je crois que Serge Joncour est un des auteurs français qui sait le mieux écrire, avec pudeur et modestie, sur les rapports humains dans les milieux ruraux et paysans.
[ce roman a inspiré le scénario du film « revenir » de Jessica Palud, Prix du meilleur scénario de la section Orizzonti de la Mostra de Venise 2019]

En écrivant ces quelques lignes, je m’aperçois que les deux personnages principaux de ces deux romans sont reliés par un objet et un métier : Simon et Franck sont documentaristes et filment le monde à hauteur d’épaule avec leurs caméras.
Un clin d’œil involontaire aux journalistes et documentaristes qui font encore leur travail d’information et d’investigation, tout en nous montrant le monde tel qu’il est.

Si vous souhaitez nous faire part de vos lectures, n’hésitez pas à m’envoyer quelques lignes que je diffuserai dans les prochaines lettres hebdomadaires.

Si vous avez huit minutes devant vous, je vous invite à écouter cette vidéo d’Aurélien Barrau

Faites attention à vous, à vos proches et à vos voisins.

Cédric

NB : Déjà quatre semaines confiné chez moi avec mon épouse et mes trois enfants : la cellule familiale semble solide et soudée, c’est déjà çà 😉

 

Cet article a été publié dans sélection hebdomadaire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Semaine 15 et confinement

  1. Mayalen dit :

    salut Cédric, je vois deux bonnes nouvelles dans ton message: ta c! etellule familiale tient le coup; bravo! et ton potager va être plus beau que jamais! nous sommes dans le même cas de figure!
    En dehors de ça, c’est très dur cette privation de contact et de liberté d’aller et venir, mais je pense à d’autres qui vivent ça depuis longtemps et avec un maigre espoir… Bref, tenons bon, haut les coeurs et à bientôt! très bien les 8 minutes d’Aurélien, il est clair! Bises. Mayalen

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s