Semaine 9

Bonjour à toutes et tous,

comme chaque semaine, voici la sélection photographique subjective de dix ouvrages reçus ces derniers jours.

Avant de vous donner deux idées de lectures, je vous invite à suivre ce lien pour revoir les photos qu’avaient prises Pierre-Emmanuel Michel lors de la première édition du Printemps des Poètes à L’Escapade en mars 2017, avec la venue du parrain de la librairie, Didier Bourda.
« Tenue par un fil à la Giacometti, ta longue silhouette blonde, n’apparaîtra plus que dans notre mémoire » Aurélie D.
Comme nombre d’Oloronais.es, c’est avec surprise que j’ai appris le décès de Pierre-Emmanuel le week-end dernier. Remarquable artiste-photographe, investi dans la vie associative locale, son regard va manquer sur notre cité. Salut voisin.

Ça faisait longtemps que je ne vous avais pas fait part d’un de vos coups de cœur, voici le dernier de Chantal pour « la forêt aux violons » de Cyril Gély paru chez Albin-Michel en octobre 2020.
« Ce roman raconte l’épopée du Stradivarius, le plus magnifique des violons; œuvre d’un luthier de Crémone au XVIIIème siècle. Avec ce livre, Cyril Géry s’inscrit dans la lignée des plus grands conteurs ! Il contient tous les ingrédients de l’épopée : l’aventure, les belles rencontres, l’amour, l’amitié, le temps long de la quête, la beauté des mots simples et chargés de sens. Bref, un chef-d’œuvre.« 

Dans les sorties de la semaine, il y a « Effacer les hommes » de Jean-Christophe Tixier chez Albin-Michel également.
Après le très sombre cévenol « les mal-aîmés » en 2019, il revient avec un nouveau roman noir, aveyronnais cette fois-ci. A travers l’histoire de trois femmes, JC Tixier poursuit son exploration autour de la culpabilité, du poids du passé, de l’attachement à la terre, des âmes sombres des campagnes.
S’il venait à situer ses prochains romans en Béarn, nous ne serions peut-être pas loin de tenir « notre Faulkner » des saligues du gave de Pau.

Pour conclure cette lettre hebdo sur du second degré, je me demande si cette « crise Covid19 » n’est pas une vaste opération de communication du Syndicat de la Librairie française ?
Depuis la réouverture en mai 2020, l’attachement des clientes et clients aux librairies ne se dément pas. A l’automne, il y a eu un emballement médiatique incroyable autour du « commerce du livre » et voilà que désormais, les librairies sont considérées comme des « commerces essentiels ». (Si l’on reste dans le monde de la Culture, pourquoi ne donne-t-on pas le même qualificatif aux musées, cinémas et autres salles de spectacles ?).
Et cette semaine, l’écrivain Gilles Marchand fait une véritable déclaration d’amour aux libraires.
Je ne sais pas qui s’occupe de la communication au SLF, mais bravo, c’est réussi ! 🙂

Bonne semaine

Cédric

Cet article a été publié dans sélection hebdomadaire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Semaine 9

  1. Marina Monteil dit :

    Merci pour ces sujétions … je suis bien tentée par « la forêt aux violons » ! Le covid a du bon finalement ! Il ramène un peu à l’essentiel et la lecture en fait partie. Donc « vous le méritez bien » comme dirait une certaine grande marque qui elle est devenue moins essentielle 🤣 Bon dimanche !

    Marina Monteil Emersens Consulting Coach & Superviseur http://www.emersens.fr

    >

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s