Sujet sensible à L’Escapade

couv« le jour où il n’y aura plus vin« , tel est le titre du livre, qui vient de paraître chez Grasset, écrit par Lilian Bérillon et Laure Gasparotto, qu’ils présenteront à L’Escapade le jeudi 26 avril à 18h30.
[sujet sensible pour l’ancien animateur vino-culturel, et l’œnophile qu’est le libraire 😉 ]

Laure Gasparotto, journaliste (notamment pour Le Monde), auteur de livres et guides sur le vin et vigneronne (Languedoc) et Lilian Bérillon, pépiniériste dans le Vaucluse, nous livrent ici un plaidoyer pour une autre viticulture.
L’ouvrage présente la famille Bérillon, pépiniéristes depuis trois générations, qui incite les vignerons à revenir à une agriculture davantage paysanne, avec un matériel végétal plus qualitatif. Lilian Bérillon, qui vendait chaque année des millions de pieds de vigne aux vignerons, a changé d’orientation en 2007 pour se spécialiser dans la vente de matériel végétal rare et apte à résister aux maladies et au changement climatique.

Cet accueil est organisé avec le soutien de notre association régionale « Librairies indépendantes en Nouvelle-Aquitaine »

Présentation de l’éditeur :
A l’heure où la presse s’extasie devant de nouveaux chais clinquants à plusieurs millions d’euros, imaginés par de célèbres architectes, la vigne se meurt. Chaque année, son espérance de vie diminue. Autrefois on plantait pour cent ans, demain ce sera à peine pour vingt-cinq. Le coupable ? Le réchauffement climatique bien sûr, mais aussi l’homme et les techniques de culture. Si rien n’est fait, dans cinquante ans, le vin tel que nous le connaissons et l’aimons – avec ses terroirs prestigieux, ses grands crus et ses coteaux qui s’ombrent à l’automne d’un grenat antique – aura disparu…
Lilian Berillon était un pépiniériste comme les autres. Longtemps il a considéré le cep comme une marchandise : rendement et productivité régissaient son travail. Jusqu’au jour où il a compris qu’il risquait de devenir un trader, un « courtier du végétal », performant et à courte vue ….
Aujourd’hui, les plus grands domaines s’arrachent ses conseils et souhaitent lui acheter ses plants. Son secret ? Une métamorphose radicale dans la conception de la vigne. Fini les plants hors-sol, issus du clonage et des éprouvettes, Lilian Berillon parcourt le monde, à la recherche des sarments qui donneront les raisins de demain, taillés pour affronter le temps qui passe et le climat qui change. Il s’agit avant tout de restituer au vignoble son histoire biologique et de revenir à des méthodes de culture fiable. Car le vin n’est pas une affaire de chimistes ou de pépinières au goutte à goutte, mais le fruit du mariage entre l’homme et la nature : le sang de la terre.
Voici le récit d’un combat pour la sauvegarde d’un patrimoine vieux de plusieurs millénaires. Des premiers vignobles gallo-romains aux clos fondés par les moines, des cépages bourguignons aux grands châteaux de Bordeaux et de la Napa Valley, c’est un chapitre entier de notre histoire qui s’effacerait…

logo

Cet article, publié dans AGENDA, dédicaces, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s